Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

3 sept. 2014

Toulon années 60 VAR PACA Marine nationale

Souvenirs d'Arpète Groupe des Ecoles de Mécaniciens GEM


Toujours en fouillant dans la boite à Dédé, j'ai retrouvé des cartes postales du temps où il était arpète à Toulon…Apprenti mécanicien 3e compagnie B GEM Toulon.  Les plages fréquentées, les cartes envoyées à la famille…
Un retour 50 ans en arrière.



La rade est fermée à l'est par la presqu'île de Giens et au sud par celle de St-Mandrier qui la séparent de la pleine mer, elle se divise en une grande rade (appelée rade des Vignettes) à l'est et une petite rade à l'ouest, contigüe entre Toulon, La Seyne-sur-Mer etSaint-Mandrier-sur-Mer. Elle est séparée de l'Arrière-pays varois au nord par les Monts toulonnais; dans l'ordre, d'ouest en est : le Baou des Quatre Oures - "Colline des quatre vents" en provençal - 576 m, le mont Caume - 804 m, le mont Faron - 584 m, le mont Coudon - 702 m. Ces sommets protègent la rade, de par les diverses fortifications militaires qui y ont été installées pour prévenir des attaques maritimes et par le peu de passages qu'offre le relief escarpé ; passages qui sont par ailleurs également défendus par des fortifications.




Implanté dans les bâtiments de l’ancien hôpital de la Marine, le Groupe des Ecoles de mécaniciens de Saint-Mandrier (le GEM), autrefois appelé Ecoles des mécaniciens et chauffeurs de la Flotte, puis ensuite Groupe des Ecoles Energie de la Marine (GEEM) et enfin Centre d’Instruction Naval nord. 

La grande et la petite rade sont séparées par une digue réalisée au xixe siècle par les ingénieurs de la Marine du Roy de France et par les bagnards de Toulon. Dans la petite rade, on trouve l'arsenal militaire et le port de commerce de Toulon, ainsi que la base des écoles de plongée de la marine nationale de Saint-Mandrier, diverses fortifications telles que la Tour royale ou le fort Balaguier, une base scientifique de l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (IFREMER) à La Seyne-sur-Mer, des parcs de pisciculture et le site de Tamaris qui fut une station balnéaire à la mode dès le xixe siècle, lancée par Michel Pacha et fréquentée entre autres par George Sand et Frédéric Chopin




Fermant la célèbre rade, tel un verrou, la presqu'île de Saint-Mandrier, aux temps les plus reculés, était formée de trois îles rapprochées devenues au cours des siècles « l'Isle de Sépet ». Les Phéniciens, les Rhodiens, les Ligures, les Celto-ligures, les Massadiens, les Romains s'y arrêtèrent. Ainsi, la baie du Creux Saint-Georges abrita de nombreux navigateurs et quelques huttes apparurent sur le rivage.



Toulon Naval  oblitération mécanique vagues à droite commence par le creux de la vague

En 1670, on construisit « l'Infirmerie Royale Saint-Louis » remplacée en 1818 par l'Hôpital Maritime Saint-Mandrier.Tout au long du XVIII ème siècle, la vie à Saint-Mandrier va être intimement liée aux événements se déroulant dans la rade.

Le XIX ème siècle sera le siècle des grands travaux :

- forts et batteries
- mausolée de l'Amiral Latouche -Tréville
- hôpital maritime avec la Chapelle des " bagnards " ou plus tard, Chapelle des Mécaniciens
- le sémaphore
- fabriques de tuiles et briques


La darse

Le village verra la création de l'Etablissement du Creusot, de l'Aviation sur la place, puis la construction des réservoirs à mazout au lazaret qui avait cessé de fonctionner depuis 1909. Nous assisterons à l'installation des Batteries de 340 et surtout au développement des différentes écoles et établissements de la Marine : le GEM, devenu plus tard le GEEM, l'Ecole de plongée, les commandos Hubert, les sémaphoristes, les canonniers, le CIN, la BAN…


Toulon flamme Musées de la Marine

C'est en 1481 pour que s'affirme sa vocation maritime avec le rattachement de la Provence à la France. On construit la Tour Royale en 1514 et c'est Henri IV qui fait creuser la première darse et édifier un Arsenal. Richelieu, Colbert et Vauban font de Toulon un port à la taille des ambitions maritimes des Rois. C'est le Toulon immortalisé par le peintre Vernet. En 1748, les galères quittent Marseille pour Toulon où l'on crée le bagne qui fonctionnera jusqu'en 1873 et dont Vidocq et Jean Valjean seront les figures de légende.


Les quais 

Aux heures tragiques de la Révolution, en 1793, Bonaparte conquiert sa première notoriété en commandant l'Artillerie au siège de Toulon où son génie tactique forcera les Anglais et Espagnols, appelés par les royalistes, à quitter la ville et le port. Des représailles s'en suivront et Toulon sera débaptisée en « Port-la-Montagne ». Bonaparte repasse à Toulon en mars 1796 pour la campagne d'Italie et en 1798, c'est à Toulon qu'il concentre les troupes qui y embarquent pour l'expédition d'Egypte.



Le PA Foch

BASSIN VAUBAN N° 1
Dû au génie de l'illustre Ingénieur Général de la Marine Antoine Groignard (1727-1798), le bassin de radoub, le premier réalisé sur les côtes méditerranéennes, fut commencé en 1774 et achevé en 1779. C'était une entreprise fort hardie pour l'époque. On ne connaissait de forme de radoub que dans les Ports de l'Océan, que le flux remplissait et que vidait le reflux. La tentative de construction de formes à Carthagène avait été un désastre. Groignard réussit là où d'autres avaient échoué, grâce à un ingénieux système d'encaissement. Une monumentale caisse de 100 mètres environ fut coulée à l'emplacement du bassin qu'on construisit à l'intérieur. Le premier vaisseau qui y entra pour carénage fut le Souverain Avec les progrès de la construction navale, le premier bassin de radoub était devenu trop petit pour les bâtiments de premier rang. On décida alors, en 1827, la construction de deux autres bassins.


Les Sablettes

La plage des Sablettes est située sur une portion de terre reliant la presqu'île du Cap Sicié à Saint Mandrier. La plage sépare la rade de Toulon de la Méditerranée.
Le quartier des Sablettes est très fréquenté l'été et tout le reste de l'année dès que le ciel est bleu. Sous le soleil, les terrasses des restaurants sont ouvertes toute l'année.


Plage du Mourillon


Le Mourillon est un des quartiers de l'Est de Toulon dont les hauteurs appartiennent à la Provence cristalline. C'est un véritable village provençal enclavé dans la ville toulonnaise, disposant de plusieurs monuments historiques (forts), églises, places, d'un musée (arts asiatiques), de son marché quotidien et de ses diverses rues commerçantes.

Le Fort Saint-Louis, qui jouxte le petit port de pêcheurs de même nom, et la Tour Royale, ouverte gratuitement au public durant l’été, située à proximité de la crique de Pipady et du parc paysager où se trouve le monument national d'hommage aux sous-mariniers morts pour la France.


Sources :

http://www.netmarine.net


http://varmarine.wifeo.com/gem.php



ville de Toulon et Saint-Mandrier 

Aucun commentaire: