Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

15 sept. 2014

Aviso Jean Moulin

Jean Moulin 


Jean Moulin, né le 20 juin 1899 à Béziers (Hérault) et mort le 8 juillet 1943 à Metz (Moselle), est un haut fonctionnaire (préfet de l'Eure-et-Loir) et résistant français.


Monument à Jean Moulin à Chartres





En septembre 1941, il rejoint la France libre à Londres en passant par l’Espagne et le Portugal. Il est reçu par Charles de Gaulle à qui il fait un compte rendu de l’état de la Résistance en France et de ses besoins, notamment financiers et en armement.


À l'issue de quelques entretiens, il est envoyé à Lyon par Charles de Gaulle pour unifier les mouvements de la Résistance. Il est arrêté à Caluire, dans la banlieue de Lyon, le 21 juin 1943 et conduit au siège de la Gestapo. Il meurt dans le train qui le transporte en Allemagne peu avant le passage de la frontière, le 8 juillet 1943. Son décès est enregistré en gare de Metz.



Il dirigea le Conseil national de la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale. Il est souvent considéré comme l'un des principaux héros de la Résistance. Il est nommé général de brigade à titre posthume lors de la Libération, puis général de division en novembre 1946.





Un cénotaphe lui est dédié au Panthéon où se trouvent les tombeaux des grands hommes de la République française. Son corps n'a jamais été identifié avec certitude, et l'urne transférée au Panthéon ne contient que les « cendres présumées de Jean Moulin ».






Cinquième aviso du type A69, le Jean Moulin est spécialisé dans la lutte anti-sous-marine côtière, mais sa polyvalence lui permet de remplir des missions de défense des approches maritimes, de surveillance et d'escorte en haute mer ainsi que de présence outre-mer. Mis sur cale le 15 janvier 1975 à Lorient, il est lancé le 31 janvier 1976, et entre en service le 11 mai 1977.




L'aviso Jean Moulin est retiré du service actif le 14 mai 1999, mis en réserve spéciale le 2 juillet de la même année. Le bâtiment devait être vendu à la Turquie en 2000, mais les négociations n'ont pas abouties. Le bâtiment est placé sous la responsabilité de la base navale de Brest le 27 juillet 2001, mais il faudra alors attendre près de 10 ans, pour que cet aviso soit officiellement condamné, le 30 juin 2009. Sa coque prend le numéro Q 834, elle est destinée à la déconstruction.



En attendant sa démolition, le Jean Moulin sert un temps de brise-lames sur le plan d'eau de Lanvéoc.



Brise-lames à Lanvéoc photo © JM Bergougniou

Aucun commentaire: