Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

12 juil. 2014

La FASM PRIMAUGUET à Saint-Malo pour le 14 Juillet 2014

La FASM PRIMAUGUET à Saint-Malo pour le 14 Juillet 2014

Plus habitué à chasser les sous-marins (russes?) en mer d'Iroise qu'à croiser dans les cailloux de la Baie de Saint-Malo, le Primauguet est venu rendre visite à la cité corsaire pour le 14 juillet.






 Il est à quai bassin Vauban parmi les voiliers de croisières qui profitent de l'escale et des quelques rayons de soleil du week-end.


photo Bernard Hily

Mise sur cale à la DCN Brest le 19 novembre 1981, mise à flot le 17 mars 1984, elle a été admise au service actif le 5 novembre 1986.


photo JM Bergougniou

Dans un premier temps affectée à l'Escadre de l'Atlantique puis au Groupe d'Action Sous-Marine, elle fait aujourd'hui partie de la composante brestoise de la Force d'Action Navale. La frégate Primauguet a pour ville marraine Saint-Renan depuis 25 janvier 1986.


photo Bernard Hily

« War for ha war zouar » (« Sur mer et sur terre »), telle est la devise bretonne de Hervé de Portzmoguer, ditPrimauguet, inscrite sur le fanion de l'unité.




Sixième bâtiment du nom, le nom de Primauguet fut attribué pour la première fois à un brick aviso commandé à Toulon en 1828. Il est lancé le 16 novembre 1830 et armée l'année suivante.
Le deuxième Primauguet fut comme les Phlégéton et Laplace, une corvette à hélice, ancêtres des croiseurs construit après 1874. Le troisième bâtiment du nom fut un croiseur. Lancé le 27 septembre 1882 à Rochefort, et nommé initialement Monge, il avait été rebaptisé Primauguet quelques jours plus tôt.
A la fin de la Grande Guerre, la marine française construisit une série de petits transports frigorifiques. Lancé à Brest le 30 avril 1919, le quatrièmePrimauguet en fit partie. Notre cinquième Primauguet sera l'un des trois premiers croiseurs construit après la Grande Guerre les deux autres étant leDuguay-Trouin et le La Motte Picquet.


La FASM Primauguet est le losange bleu au niveau du rond-point au dessus des écluses


photo Bernard Hily
photo JM Bergougniou

Hervé de Portzmoguer, dit Primauguet, est né à Plouarzel en Bretagne, vers 1470; on ne sait à peu près rien de sa vie en dehors de son dernier combat.

Au début du XVIème siècle, la faiblesse de la flotte royale laissait le champ libre aux ennemis du royaume qui venaient impunément faire des descentes meurtrières sur nos côtes. Commandant la nef La Cordelière, Portzmoguer, au cours d'une rencontre au large de la pointe Saint-Mathieu, le 10 août 1512, avec l'escadre anglaise de Howard qui venait de piller Le Conquet et Crozon, aborda Le Régent. Les deux bâtiments s'étant accrochés l'un à l'autre, et les équipages se battant au corps à corps, le feu se déclara à la sainte-barbe de La Cordelière : il y eut environ 1.500 victimes, dont les deux tiers du côté breton, parmi lesquelles le capitaine, Hervé de Portzmoguer.
Ce désastre eut un retentissement considérable en Bretagne, et il ne faut pas s'étonner qu'il ait pris, avec le temps, des dimensions presque mythiques. Certains, parmi lesquels le poète Théodore Botrel, ont voulu voir dans l'explosion un acte d'héroïsme désespéré. En réalité, comme l'explique clairement Max Guérout dans l'excellent ouvrage qu'il a publié cette année, on ne connaît pas les causes exactes du drame, et on ne sait pas grand-chose non plus sur Portzmoguer ni sur La Cordelière, à part qu'elle a été construite à Morlaix. Même son épave, malgré plusieurs campagnes de fouilles, n'a pu être localisée. Notre marine en tout cas a conservé le souvenir de Portzmoguer, quoique, on ne sait pourquoi, son nom ait été francisé en Primauguet.
(Source : Dictionnaire des marins français - Etienne Taillemite, Ed. maritimes et d'outre-mer ; Le Télégramme 17/08/2002 article de Pierre Deloye Portzmoguer ; )



photo JM Bergougniou



Déplacement à pleine charge : 4350 tonnes

Déplacement lège : 3680 tonnes
Dimensions (mètres) : 139 x 14 x 5,5 mètres
Vitesse : 30 noeuds sur turbines à gaz (21 noeuds sur diesels)
Propulsion : CODOG (COmbined Diesel Or Gaz), 2 turbines à gaz Rolls Royce Olympus TM3B, 2 diesels Pielstick PA 6 V280.
Puissance : 52 000 CV
Distance franchissable : 85000 miles
Usine électrique : 4 diesels alternateurs de 850 kW
Equipage : 20 officiers, 120 officiers mariniers, 95 QMM


photo JM Bergougniou




La frégate anti-sous-marine sera ouverte à la visite le samedi 12 juillet et le lundi 14 juillet de 9h à 12h et de 14h à 17h.


photo JM Bergougniou

photo JM Bergougniou

photo JM Bergougniou

photo JM Bergougniou


un grand merci à Bernard Hily pour les photos du Primauguet en rade de Brest.

Aucun commentaire: