Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

8 juin 2014

Saint-Malo

Saint-Malo navires en escale
Glaive Cassiopée Etoile


photo JM Bergougniou


CMT CASSIOPEE


photo JM Bergougniou


photo JM Bergougniou

photo JM Bergougniou

photo JM Bergougniou



OPEN SPIRIT 
Mission accomplie pour les Chasseurs de mines tripartite (CMT) Aigle et Cassiopée qui ont participé à l’opération de lutte contre les mines Open Spirit 2014 organisée cette année par la Lettonie. Cette opération rassemble tous les ans une dizaine de nations européennes afin de poursuivre le travail titanesque de nettoyage de la mer Baltique, dont les eaux renferment encore de très nombreux vestiges de la 1ère et de la 2ndeguerre mondiale. Les chasseurs de mines français ont été intégrés pour l’occasion au SNMCMG, force permanente de l’OTAN spécialisée dans la guerre des mines pour l’Atlantique et la mer du Nord.
CMT L'Aigle photo JM Bergougniou  
préparation du contre minage CMT L'Aigle photo JM Bergougniou 

CMT L'Aigle photo JM Bergougniou 
Les chasseurs de mines français en action
Durant deux semaines, L’Aigle et le Cassiopée ont mis en pratique leur savoir-faire au sein du groupe OTAN. Les équipages ont travaillé en conditions réelles afin de détecter, classifier et identifier des mines datant de la Grande Guerre, en mettant en œuvre les moyens de lutte de guerre des mines. Du central opérations à la mise en œuvre des poissons autopropulsés et des plongeurs démineurs, chaque marin s’est pleinement engagé afin d’arriver au moment phare de la chasse aux mines, le contre-minage. Les plongeurs démineurs sont intervenus quatre à six fois par jour pour identifier et contre-miner. Ces opérations particulièrement exigeantes se sont déroulées en sécurité dans une eau à la faible visibilité sous-marine et aux températures peu élevées, en moyenne 3°C en profondeur.
Au bilan, L’Aigle a identifié dix mines à orin d’origine russe, et en a contre-miné quatre, les autres étant confiées aux alliés néerlandais, belges et allemands. Le Cassiopée a identifié cinq mines et les a toutes contre-minées.



Goélette ETOILE

photo JM Bergougniou







photo JM Bergougniou

photo JM Bergougniou

photo JM Bergougniou

photo JM Bergougniou


photo JM Bergougniou

photo JM Bergougniou

photo JM Bergougniou

photo JM Bergougniou

LE GLAIVE



Second patrouilleur rapide type Trident commandé aux chantiers Auroux à Arcachon, Glaive est mis sur cale en 1975. Lancé le 25 août 1976, il rallie quelques mois plus tard Lorient pour achèvement. Admis au service actif le 2 avril 1977, il est affecté le jour même au sein de la Flottille du Nord (FLONORD) à Cherbourg. Avec Pertuisane arrivé quelques mois plus tôt, ils se substituent progressivement aux derniers escorteurs côtiers.

photo JM Bergougniou

Armé par deux équipages se relayant successivement, le petit navire commence ses missions de surveillance générale du trafic maritime sur l'une des routes les plus fréquentées au monde. Le 17 septembre 1982, Glaive accompli l'opération la plus étonnante de sa carrière : le remorquage de l'épave d'un avion de tourisme britannique qui s'est abîmé en mer la veille et flottant au nord-est des Casquets !


photo JM Bergougniou

Transféré comme les autres navires de la série à la gendarmerie maritime, il quitte Cherbourg le 8 septembre 1987 pour rejoindre Toulon, son nouveau port d'attache. Au sein du groupement de gendarmerie maritime de la Méditerranée, le PATRA remplace La Combattante, désignée pour Cherbourg. Il reprend inlassablement ses activités de patrouille maritime dans une zone comprise entre Port-Vendres et Menton s'étendant au sud jusqu'à la Corse.


photo JM Bergougniou

Après 5 années passées en Méditerranée, Glaive quitte Toulon le vendredi 4 septembre 1992 pour retourner à Cherbourg. Son affectation dans legrand port du Levant l'aura amené à contrôler 3683 navires, relever 1982 infractions, effectuer 10000 interventions et parcourir l'équivalent de 2 fois le tour de la terre. Arrivé le 22 septembre dans le port Normand, il y remplace le Phénix, dernier dragueur type D employé depuis 1988 comme patrouilleur et récemment mis en complémen





photo JM Bergougniou

Au sein du groupement de gendarmerie maritime de la Manche, il retrouve La Combattante remplacée en 1997 par le Géranium. Placé sous le commandement opérationnel de la préfecture maritime de Cherbourg, Glaive assure ses missions de contrôle maritime dans un espace très fréquenté se situant du Mont Saint Michel à la frontière Belge. 


Initialement prévu être désarmé en 2002 puis en 2006, le patrouilleur cherbourgeois est prolongé jusqu'à son remplacement. Un appel d'offre doit être lancé pour remplacer le Glaive et l'Epée désarmé le 23 août 2008.

Glaive est jumelé avec une ville du département de la Gironde, Arcachon.




photo JM Bergougniou

photo JM Bergougniou







Aucun commentaire: