Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

11 mai 2014

11 mai 1944 La bataille de Monte Cassino guerre Italie

11 mai 1944 
la prise de Monte Cassino

Front italien


à 09h05 le général von Vietinghoff, commandant de la Xe armée allemande, informe le feld-maréchal Kesselring, son supérieur direct , du calme qui règne sur le front, et qu'il n'y a rien d'alarmant à signaler : ses commandants de corps d'armée ne constatent aucun signe avant-coureur de quoi que ce soit.




Dans la soirée von Vietinghoff rejoint le commandement suprême de Hitler à Rastenburg où il doit recevoir une décoration.



Dans la matinée, Winston Churchill télégraphie au général Alexander commandant du XVe groupe d'armées : "Toutes nos pensées et espérances vous accompagnent dans ce qui je l'espère et je le crois sera une bataille décisive... avec pour objectif la destruction totale des forces armées ennemies au sud de Rome".












23h00  : 2000 canons ouvrent simultanément le feu sur une ligne s'étendant des hauteurs à l'est de Cassino jusqu'à la mer, pilonnant sans relâche les défenses allemandes du secteur. A 23h46, l'infanterie part à l'attaque.


Bataille du Garigliano




L'opération de rupture de la Ligne Gustave est initialement confiée à la 2e division d'infanterie marocaine (2e DIM), « le bélier du CEF » selon l'expression de Juin, qui doit s'emparer pour cette mission des monts Faito et Majo. L'offensive générale des Alliés (opération diadème) se déclenche le soir du 11 mai 1944, à 23 heures, sur l'ensemble du front italien. Une intense préparation d'artillerie de 2 000 canons précède l'attaque. Mais dans le secteur de la 2e DIM, ce bombardement n'arrose que les crêtes, sans détruire le dispositif de défense allemand (blockhaus, barbelés, mines…), qui sillonne les pentes que doivent gravir les tirailleurs marocains avant de pouvoir s'emparer des sommets. 

 Dans les autres secteurs d'attaque du CEF, comme celui de la 4e division marocaine de montagne (4e DMM), aucune préparation d'artillerie n'a lieu. Cet assaut va s'avérer redoutable. Les régiments de la 2e DIM se lancent ainsi dans une attaque de nuit aux combats souvent confus et très meurtriers, mais la ligne Gustav tient toujours. Juin décide la reprise de l'offensive pour la nuit suivante, après une préparation d'artillerie plus importante et mieux ciblée. Très tôt dans la matinée du 13 mai, c'est la ruée des tirailleurs marocains sur les positions allemandes, ravagées par le « rouleau de feu » des canons français, qui finissent par céder.

La prise du mont Majo par les troupes marocaines de la 2e DIM est saluée par un drapeau français de 30 m² hissé à son sommet (940 mètres) et visible à des kilomètres à la ronde, par les troupes du CEF comme par les Allemands.

Aucun commentaire: