Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

21 mars 2014

FASM Georges Leygues Dernière cérémonie des couleurs

FASM Georges Leygues 
Dernière cérémonie des couleurs




Le Georges comme on l'appelait familièrement a quitté le bassin 3 sous le plateau des Capucins où il était en désarmement pour rejoindre le quai sous le château qui a vu se dérouler la dernière cérémonie des couleurs ce matin.



Sortie du Bassin 3 sous le plateau des Capucins photo Bernard Hily



Construite par la DCN Brest, la frégate anti-sous-marine (ASM) Georges Leygues , première d'une série de sept bâtiments (frégates types F70, est plus particulièrement dédiés à la lutte sous la mer
Elle a servi pendant près de vingt ans au sein des forces déployées à partir du port de Toulon.


Georges Leygues est né à Villeneuve sur Lot, il sera député de 26 ans à sa mort. Il occupera plusieurs ministères dont l'Intérieur et le ministère de la Marine de la Marine.



photo Bernard Hily


Le Georges Leygues, première corvette d'une nouvelle série de sept bâtiments à vocation anti sous-marine est mis sur cale le 16 septembre 1974 à Brest. Lancé le 17 décembre 1976, il est armée pour essais par un premier équipage restreint le 23 juillet 1977. Le bâtiment est alors habitable, mais la mise en place de l'appareil propulsif n'est pas terminée.





Son premier commandant, le capitaine de vaisseau Jacques HUGON avait rallié dès janvier 1977 pour suivre les travaux d'achèvement. Divers soucis provoquent un retard de trois mois dans la réalisation des travaux, les premiers essais propulsifs n'étant réalisés qu'à partir de février 1978. Le bâtiment réalise une première période d'essais à la mer de février à juin 1978.
Le 15 juin 1978, le bâtiment est armé par l'intégralité de son équipage. Une grève de l'arsenal durant l'été reporte la seconde période d'essais qui se déroule durant l'automne 1978.


Carte des escales du Georges Leygues jusqu'en 2005

Quelques événements

photo Bernard Hily



La corvette appareille le 3 février 1979 pour sa Traversée de Longue Durée, qui le mène notamment à Abidjan (du 13 au 20 février 1979), Rio de Janeiro (1er au 7 mars 1979), Saint Barthélémy et Fort de France.

Une dernière période d'essais est réalisée courant mai 1979, mais il reste alors le système le plus moderne à valider : le système d'autodéfense de missiles Crotale, installé pour la première fois à bord d'un bâtiment de la Marine Nationale.




Le 21 mai 1979, le capitaine de frégateJean VAXELAIRE prend le commandement du bâtiment. L'admission au service actif du bâtiment est prononcée le 10 décembre 1979 et le Georges Leygues rallie l'escadre de la Méditerranée. Le bâtiment réalise son premier stage d'entraînement à la mer, sous la houlette du Centre d'Entraînement de la Flotte, puis part immédiatement en mission en Océan Indien.

La première mission opérationnelle du Georges Leygues, du 14 février au 9 juillet 1980 conduit le bâtiment à :

    • Abu Dhabi du 4 au 6 mars 1980
    • Djeddah du 17 au 23 mars 1980
    • Karachi du 24 au 30 avril 1980
    • Chittagong du 9 au 15 mai 1980
    • Colombo du 19 au 22 mai 1980
    • Malé du 24 au 31 mai 1980
    • Bombay du 5 au 9 juin 1980
    • Le Pirée du 4 au 7 juillet 1980.


Il a alors parcouru déjà plus de 60 000 nautiques soit l'équivalent de trois tours du monde à l'Equateur.A partir du 18 août 1980, le Georges Leygues connaît sa première période d'entretien majeur.

photo Bernard Hily
C'est toi Victor?

A l'aube du 15 mai 1981, le Georges Leygues et l'escorteur d'escadre Guépratte, commandé par le CV Le Pichon, alors tous deux en écran ASM devant l'escadre, détectent un sous-marin et le pistent sans discontinuer pendant 19 heures. C'est l'opération Lancette. Le pistage est délibérément interrompu après que le sous-marin ait fait surface, de nuit, et soit formellement identifié comme étant du type Victor par le LV De Torcy, pilotant l'un des Lynx du Georges Leygues. Cette opération de tenue de contact d'un sous-marin soviétique, qui est monté parfois jusqu'à 28 noeuds et est même passé sous le sonar remorqué du Georges Leygues n'a pas eu beaucoup d'équivalents connus.




photo Bernard Hily

photo Bernard Hily



La situation se dégradant dans le Golfe Persique, la France rompant ses relations diplomatiques avec l'Iran, le Georges Leygues appareille le 22 juillet 1987 pour l'opération ARIANE, qui consiste à surveiller et protéger le transit des bâtiments de commerce français dans le Golfe Persique.




Il sera suivi, quelques jours plus tard, par le groupe aéronaval du porte-avions Clémenceau, comprenant notamment les FLM Suffren et Duquesne et le PRE Meuse, en attendant la force de guerre des mines.
Le Georges Leygues assiste notamment en octobre 1987, durant son transit vers le Koweït, l'Antsiranana , bâtiment attaqué quatre mois auparavant par les forces révolutionnaires iraniennes. Le Georges Leygues franchit 20 fois le détroit d'Ormuz en 71 jours de patrouille sur zone. Cela vaut au bâtiment un témoignage de satisfaction de l'amiral LOUZEAU, alors chef d'état major de la marine.

A son retour en France, le Georges Leygues connaît sa 4e période d'entretien majeur, du 12 novembre 1987 au 11 mai 1988.


photo Bernard Hily




Le capitaine de frégate Bruno DEMEOCQ prend donc le 6 août 1999 le commandement d'un bâtiment en pleine mutation qui s'apprête à remplir une mission qu'il n'a jusqu'alors fait qu'effleurer au cours de ses rencontres passées avec le GEAOM.
A l'issue de la période d'indisponibilité pour entretien, qui se termine le 22 octobre 1999, le stage de remise en condition s'effectue du 25 octobre au 5 novembre et le Georges Leygues est fin prêt pour appareiller le 24 novembre 1999 pour sa première campagne avec la Jeanne d'Arc.

Le Georges Leygues passe pour la troisième fois de son existence l'équateur le 3 janvier 2000 après un mouillage devant l'île du Diable la nuit du réveillon.

Un mois plus tard, au petit matin du 2 février, il franchit pour la première fois le Cap Horn avant de faire demi-tour et de remonter les chenaux de Patagonie vers Ushuaïa. Après l'escale de Montevideo, il fait un passage rapide devant l'île de Tristan Da Cunha et franchit pour la première fois le cap de Bonne-Espérance le 2 mars 2000 pour retrouver des mers plus connues.




Peu avant, des conditions météorologiques provoquent des inondations catastrophiques au Mozambique : 1,5 million de personnes sont touchées. Le GEAOM s'arrête durant une semaine au mouillage devant Maputo pour venir en aide aux populations, c'est l'opération Limpopo. L'expérience du cyclone Mitch l'année passée avait fait embarquer de manière préventive du fret humanitaire à bord de la Jeanne d'Arc. Mis en alerte le 1er mars, la Jeanne d'Arc et le Georges Leygues se déroutent pour rejoindre le 4 mars Maputo où se trouve déjà un Transall en provenance de la Réunion.
Depuis juin 1999, elle participe aux missions de formation des officiers élèves. Une mission menée aux côtés du porte-hélicoptères Jeanne d’Arc jusqu’en 2010 et aux côté d’un bâtiment de projection et de commandement (BPC) depuis 2010.
photo Bernard Hily



Doté d'équipements modernes représentatifs des bâtiments de combat en service dans la Marine nationale, le Georges Leygues dispose également d'une salle de conférence, d'une salle d'étude informatique et de cinq postes permettant l'accueil de 36 élèves.


photo Bernard Hily


C’est avec les honneurs que la frégate anti-sous-marine (FASM) Georges Leygues est rentrée à Brest, le 30 juillet, à l’issue d’une ultime mission avant son retrait du service actif. Pour ce dernier déploiement, elle a accompagné le bâtiment de projection et de commandement Tonnerre dans le cadre de la mission Jeanne d’Arc. Pendant cinq mois, la frégate et le BPC ont sillonné la Méditerranée, la mer Rouge et l’océan Indien, poussant jusqu’en Asie. Une flottille chargée de mener à bien le stage d’application à la mer de 133 officiers élèves français et étrangers, tout en menant différentes opérations, comme la lutte contre la piraterie au large de la corne d’Afrique dans le cadre d’Atalante. Avec à bord du BPC un groupe tactique embarqué et un détachement d’hélicoptères de l’armée de Terre.





Voué en plus de ses fonctions opérationnelles à la formation des jeunes officiers depuis 14 ans, le Georges Leygues a, à ce titre, d’abord servi de conserve à l’ancien bâtiment école Jeanne d’Arc, de 1999 à 2009, avant d’accompagner chaque année le BPC affecté à la mission Jeanne d’Arc, prenant la relève des campagnes d’application à la mer de l’ex-porte-hélicoptères, retiré du service en 2010. La frégate a, ainsi, escorté le Tonnerre en 2010, puis le Mistral en 2011, le Dixmude en 2012 et de nouveau le Tonnerre cette année



les photos sont de  Bernard Hily  un grand merci


sources :

http://www.netmarine.net/g/bat/gleygues/histoire01.htm


Aucun commentaire: