Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

30 oct. 2013

CORYMBE III Le SM Le Bihan au Port de Lomé

CORYMBE III Le SM Le Bihan au TOGO Port de Lomé

C’est au début du mois d’octobre 1990, le 05 plus exactement, qu’a lieu la première grande action de contestation dirigée contre le régime du général Gnassingbé Eyadéma, au pouvoir depuis 1967.




 La pression interne pour la démocratisation s'est alors révélée avec les manifestations organisées lors du procès de plusieurs jeunes, accusés d'avoir fabriqué et distribué des tracts hostiles au régime. Les affrontements avec l’armée se soldent par la mort de cinq personnes. La pression amène le pouvoir à mettre en place le 27 octobre, une commission constitutionnelle à laquelle le général Eyadéma demande de prévoir l’autorisation du multipartisme.





La tension demeure cependant avec des grèves, des manifestations et des répressions durant les premiers mois de l’année 1991. L’opposition crée un front des associations pour le renouveau, dirigé par Me Yaovi Agboyibor.





 Le 18 mars, à la suite des négociations entamées, le général Eyadéma accepte enfin le principe d’une amnistie générale, la création de partis politiques et la tenue d’une conférence nationale. Les partis politiques se créent et se réunissent dans un Front de l’opposition démocratique (FOD), rebaptisé collectif de l’opposition démocratique (COD) qui exige la démission du général Eyadéma et la tenue de la conférence nationale en lançant une grève illimitée. Le principe de la tenue d'une conférence nationale est arrêté lors des accords du 12 juin 1991 entre le pouvoir et le COD.


Enveloppe non timbré réception à bord du SM Le Bihan le 22 novembre 1991

La conférence nationale se tient du 1er juillet au 28 août 1991 sous la direction de Mgr Kpodzro, dans un climat de tension et d’intimidation orchestrée notamment par les militaires derrière lesquels l’opposition ne cesse de voir le pouvoir. La conférence se déclare malgré tout souveraine et retire tous ses pouvoirs au Président Eyadéma. Elle élit le Haut Conseil de la République, l'autorité de transition présidée par Mgr Kpodzro, et le Premier ministre de transition, Joseph Kokou Koffigoh. Ce dernier forme un gouvernement en septembre. 



La Nouvelle Marche journal togolais proche du régime d'Eyadéma 

La transition, qui devait durer un an, sera prolongée jusqu'au élections présidentielles d’août 1993. La pression de l'armée et des "éléments militaires incontrôlés" est telle que peu à peu le général Eyadéma va reprendre l'initiative. 




En octobre et novembre 1991, les coups de force des militaires se succèdent. A la suite de la dissolution du Rassemblement du peuple togolais (RPT, du Président Eyadéma) par le HCR, ils culminent avec l’arrestation du Premier ministre de transition et la fuite du président du HCR. Le Premier ministre est conduit chez le Président Eyadéma. Une semaine plus tard, un nouveau gouvernement est formé, mais l’armée et l’ex-parti unique, acquis au chef de l’Etat, sont les gagnants de l’épreuve de force.
Le TCD OURAGAN accompagnait le SM Le Bihan à l'occasion de la Corymbe 3





La première mission africaine, Corymbe 3 (14 octobre au 27 décembre), débute par un entraînement de groupe avec l'aviso Second-Maître Le Bihan (17 et 21 octobre). Une partie du Commando de Montfort, 2 Super-Frelon de la 33F et un CTM seront embarqués à l'occasion de cette mission.

L'opération Verdier (29 novembre au 14 décembre), visant à protéger nos ressortissants au Togo, sera le point de départ de 5 missions Corymbe en ZMAS qui se succèderont à un rythme élevé jusqu'en janvier 1993.

Ces missions seront aussi l'occasion d'effectuer de nombreux transports de matériel humanitaire au profit d'associations caritatives dans les différents pays visités.

Le TCD fait escale à Dakar (21 au 23 octobre), Cotonou (28 au 31 octobre), Tema (Ghana - 5 au 8 novembre), Douala (10 au 14 novembre), Libreville (15 au 19 novembre), Abidjan (22 au 25 novembre et 2 décembre), Cotonou (4 au 5 et 7 au 11 décembre) lors de la visite du ministre de la Défense Pierre Joxe (4 décembre), Abidjan (14 au 15 décembre) et Dakar (18 au 20 décembre) avant de rentrer en Métropole.


sources 

Collections JMB

http://www.netmarine.net/bat/tcd/ouragan/histoir3.htm

http://www.etat.sciencespobordeaux.fr/institutionnel/togo.html



Aucun commentaire: