Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

19 avr. 2013

Le BPC TONNERRE à Djibouti



BPC TONNERRE GROUPE JEANNE d'ARC à Djibouti




Merci à Joël Moreau et à la section Île de France de la Marcophilie Navale BPI 610 DJIBOUTI


10-04-2013 - Forces Françaises Stationnées à Djibouti/ Mission Jeanne d’Arc 2013 L’exercice amphibie et aéroterrestre « Tonnerre d’acier» débute à Arta




Les forces françaises stationnées à Djibouti (FFDJ) ont débuté hier conjointement avec le concours de l’armée de l’air américaine et les Forces Armées Djiboutiennes, un exercice amphibie et aéroterrestre de grande ampleur « Tonnerre d’acier ». Ces manœuvres militaires conjointes doivent durer du 8 au 11 avril dans notre pays.


Articulé autour du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre et de la frégate anti-sous-marine (FASM) Georges Leygues, le groupe amphibie français déployé pour la mission Jeanne d’Arc 2013 a démarré un exercice amphibie et aéroterrestre de grande ampleur, Tonnerre d’acier, hier 8 avril dans notre pays.

Ces exercices devront se poursuivre jusqu’au 11 avril prochain à Djibouti.

Rappelons que l’Exercice est mené conjointement avec les forces françaises stationnées à Djibouti (FFDJ), et le concours de l’armée de l’air américaine et des forces armées Djiboutiennes (FAD).

Par ailleurs, l’exercice Tonnerre d’acier précède l’escale du groupe amphibie, qui se déroulera du 12 au 16 avril 2013.

Plus généralement, il faut inscrire ces manœuvres militaires dans le cadre du traité de coopération en matière de défense, signé en décembre 2011.

Le nouveau traité a succédé aux accords de défense de 1977.

La France et la République de Djibouti ont réaffirmé leur volonté commune de contribuer à la sécurité dans la Corne de l’Afrique.

A ce titre, la coopération militaire engagée par les 1900 militaires des forces françaises stationnées à Djibouti (FFDJ) joue un rôle essentiel, notamment les actions réalisées au titre de la formation et de l’entraînement des forces armées Djiboutiennes.

En matière de coopération dans le domaine maritime, Djibouti constitue également un point d’appui majeur pour la soixantaine de bâtiments français qui y transitent chaque année, et qui profitent de leur passage pour mener divers exercices interarmées et bilatéraux.

Tonnerre d’Acier intervient dans le cadre de cette coopération régionale dynamique.

Quant à la manœuvre en soi, elle devra consister en un débarquement amphibie sur la plage d’Arta, par voie nautique et héliportée.

Appuyée par des avions de chasse français et américains, elle sera suivie d’un raid offensif dans la profondeur jusqu’à la base avancée d’Arta.

L’objectif sera de contrôler un périmètre sous menace adverse, pour mener à bien une évacuation de ressortissants jusqu’au Bâtiment de Projection et de Commandement Tonnerre.

Dans ces exercices, c’est l’ensemble du groupe amphibie qui sera sollicité, soit les deux bâtiments Tonnerre et Georges Leygues, les deux cents militaires de la 6ème brigade légère blindée embarqués à bord du BPC et leur cinquantaine de véhicules, les hélicoptères (un Puma et deux Gazelle de l’armée de terre, une Alouette 3 de la marine), les deux chalands de transport de matériel (CTMs) et l’engin de débarquement amphibie rapide.

Côté FFDj, ce sont un détachement du centre d’entraînement commando d’Arta, une section du 5ème régiment interarmes d’outre-mer, un Puma, deux Mirage 2000 de la base aérienne 188 et un CTM qui seront mobilisés.

Précisons toutefois que ces moyens seront complétés par le concours de deux avions de chasse F16 américains.

A cette occasion, quatre cadets militaires Djiboutiens seront intégrés auprès de leurs camarades de la mission Jeanne d’Arc pour participer à l’exercice.

En effet, non seulement Tonnerre d’Acier déroulera de nombreux aspects des opérations amphibies, mais il mobilisera pleinement les cent trente trois officiers-élèves embarqués sur la mission Jeanne d’Arc pour leur période d’application à la mer.

Intégrés dès les premières phases de planification puis dans la conduite des opérations, plusieurs dizaines d’entre eux seront déployés sur le terrain comme forces avancées ou comme forces adverses, pendant que les autres seront en double sur diverses fonctions opérationnelles à bord des bâtiments.

Pour ces futurs officiers, le scénario tactique très réaliste de Tonnerre d’acier est une opportunité de travailler au contact de l’équipage tout en se familiarisant avec l’environnement opérationnel interarmées et interallié dans lequel évoluent les unités de combat.

Aucun commentaire: