Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

6 avr. 2013

La FASM Georges Leygues au Liban


La FASM Georges Leygues à Beyrouth


Par FASM Georges Leygues le jeudi, 4 avril 2013, 13:55


C’est avec une journée d’avance, suite aux mauvaises conditions météorologiques, que le « Georges Leygues » a accosté à Beyrouth, les caprices de la météo faisant parfois les délices du marin.

Comme à chaque arrivée en escale, le bâtiment déborde d’énergie : sitôt les aussières à poste et déjà les corvées s’enchainent…dans une tempête de sable !
Dès le « dégagé », les sportifs s’évadent courir le long de la corniche, alliant ainsi activités physiques et découverte des plus beaux points de vue de Beyrouth. Nombreux sont ceux qui partent à la découverte des spécialités culinaires locales.


crédits/Marine Nationale/ASP Vérité


Les deux derniers jours sont rythmés par des excursions qui permettent aux voyageurs de découvrir Byblos, la vallée de Kadisha et les neiges du Mont Liban.


crédits/Marine Nationale/MOT Lignot


Mardi 26 Mars – le « Georges Leygues » appareille. Dernières prises de vue de la Baie de Beyrouth avant de prendre la direction du Canal de Suez.


crédits/Marine Nationale/MOT Lignot


crédits/Marine Nationale/ASP Vérité


crédits/Marine Nationale/ASP Vérité









http://www.lorientlejour.com/category/À+La+Une/article/807231/Cedre_bleu_ou_quand_la_marine_francaise_debarque_sur_les_plages_libanaises.html





Amarré au port de Beyrouth, le Tonnerre porte bien son nom. Fort de ses 199 mètres de longueur et de ses 32 mètres de largeur, ce BPC (bâtiment de projection et de commandement) monumental de 21 600 tonnes, capable de transporter plus de 650 militaires, est le nec plus ultra en matière de construction navale. À ses côtés, la frégate antisous-maritime Georges Leygues, dotée de système d’armements et d’un équipement de détection sophistiqué, veille à la défense du Tonnerre. Ensemble, les deux bâtiments forment le groupe amphibie « Jeanne d’Arc », dont la mission est d’assurer pendant cinq mois en mer un stage d’application pour les officiers-élèves français qui participent à un déploiement maritime pluridimensionnel.


Ce n’est pas la première fois que le groupe amphibie fait escale à Beyrouth pour y effectuer des manœuvres de débarquement notamment, signe de l’attachement de la France à la coopération en matière de défense avec le Liban. L’an dernier, la promotion 2012 prenait aussi part à l’exercice qui allie d’une façon unique les armées de terre et de mer. Soucieuse d’instaurer une tradition qui profite aux deux pays, « Jeanne d’Arc » s’est encore une fois éloigné hier du port de Beyrouth, en mettant le cap sur la baie de Jounieh, cible du débarquement.


La Mission de Défense à l'Ambassade de France à Beyrouth





La mission de défense est dirigée par un officier supérieur qui a le titre et la fonction d’attaché de défense près l’ambassade de France et chef de la coopération militaire et de défense.

L’attaché de défense a six collaborateurs principaux sous son autorité :

Un adjoint,

Deux officiers coopérants militaires techniques en place auprès de l’armée libanaise

Trois assistants dans les principaux domaines d’action (coopération-stages, escales de navires de guerre français, survols d’aéronefs d’état français, administration).
Organigramme



Attributions de l’Attaché de Défense


L’attaché de défense est à la disposition du ministre chargé des armées et relève du chef d’état-major des armées. Sous l’autorité de l’Ambassadeur, il dirige la mission de défebse et en coordonne l’action.




Aucun commentaire: