Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

14 déc. 2012

Visitez le phare de Cordouan

Visitez le phare de Cordouan

Depuis quatre siècles, le phare de Cordouan embrase les imaginaires…Prouesse architecturale réalisée en pleine mer, la sublime folie se dresse vers le ciel, résistant majestueusement à l’assaut des eaux tumultueuses mêlées de l’Atlantique et de la Gironde.


Classé monument historique la même année que Notre Dame de Paris, dès 1862, ce personnage à part du patrimoine français illumine depuis 1611 les côtes girondines et charentaises de son halo mystérieux : pourquoi avoir bâti un tel joyau au milieu des flots ?Au visiteur qui ose l’aventure maritime que réclame le phare pour se laisser aborder, le temps d’une marée basse, Cordouan accepte de dévoiler ses mille secrets et ses mille vies.


Sur le sol de marbre de l’appartement du roi, les vitraux de la chapelle Notre-Dame de Cordouan ou la pierre usée des 311 marches menant à la lanterne suspendue entre ciel et mer, s’entrelacent la volonté des rois de France, le génie des architectes et des ingénieurs, la passion des gardiens et le culte indéfectible des navigateurs à Cordouan.Grandiose et familière, la silhouette continue de protéger et d’éclairer les marins, nuit après nuit, tempête après tempête. Depuis son îlot rocheux, la plus belle des sentinelles des mers veille jalousement sur son territoire : un univers à la beauté farouche où l’homme et la nature se sont unis pour façonner une terre de plaisirs et d’émerveillement, l’estuaire de la Gironde.


A l’entrée de l’estuaire de la Gironde, le phare de Cordouan fut érigé de 1584 à 1611, sous les règnes de Henri III et Henri IV.



C’est le plus ancien phare de France et le premier à avoir été classé monument historique, en 1862, en même temps que la cathédrale Notre-Dame de Paris. 




1611 : 1er éclairage du phare de Louis de Foix avec un feu abrité dans une lanterne.


Le feu, allumé à 37 m au-dessus de la mer, est abrité dans une lanterne, protégé par 6 fenêtres fermées. Un mélange de goudron, de poix et de bois brûle dans un bassin de cuivre. La fumée s’évacue par une cheminée en pierre de 6,5 m de haut. Bientôt, la cheminée sera fendue par la foudre… On brûlera désormais du blanc de baleine, une substance combustible contenue dans la tête de certains cétacés, dans un lanternon non vitré.
1854 : un nouvel appareil à anneaux catadioptriques éclaire la mer. Déjà, la lentille de Fresnel est détrônée par un appareil à anneaux catadioptriques, plus moderne. La lentille et la lanterne sont remplacées : ce sont celles que nous connaissons aujourd’hui.


1948 : Le phare est électrifié. Le gaz de pétrole avait été utilisé à partir de 1907 ; 
c’est désormais l’électrification du phare qui survient : 2 groupes électrogènes alimentent une lampe de 6000 watts, avec un écran tournant.

2006 : Le phare s’automatise et s’informatise. Une ampoule de 250 Watts et un nouvel écran tournant achèvent le nouveau système d’éclairage du phare.

Le feu de Cordouan porte désormais à 40 km en mer et assure aux marins le rythme immuable de ses trois battements de cils en 12 secondes.



Le nouveau site dédié au phare, élaboré par le ministère de la Culture, propose une visite virtuelle de ce chef-d’œuvre de notre patrimoine architectural et technique, en activité depuis quatre siècles, et dont on a fêté cette année le 150e anniversaire du classement au titre des monuments historiques.La visite virtuelle offre une exploration, étage par étage, des sept niveaux du phare au moyen de panoramiques 360°. 




Le site présente pour la première fois l’intégralité des connaissances acquises sur l’architecture et l’histoire du phare.


http://www.gouvernement.fr/gouvernement/la-visite-virtuelle-du-phare-de-cordouan-0


Merci à Claude Bélec pour ses plis

Aucun commentaire: