Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

13 nov. 2012

RPC ARMEN et RPC KEREON rade Brest remorqueurs Bretagne Marine nationale

RPC ARMEN et RPC KEREON

Basés à Brest, Cherbourg et Toulon, les remorqueurs portuaires et côtiers (RPC) doivent leur dénomination à leur capacité de traction au point fixe (12 tonnes).

On distingue 2 sous-catégories 

  • Les côtiers (immatriculations en "A") ;
  • Les portuaires (immatriculations en "Y").

Outre quelques différences dans les équipements de pont, les côtiers sont dotés d'une meilleure habitabilité.

A679 Kéréon
Construit aux chantiers LNI, mis en service le 5 décembre 1992.Basé à Brest.

Les principales caractéristiques du besoin exprimé par l'état-major de la marine étaient les suivantes "un engin robuste de type remorqueur" :
de 12 tonnes de traction au croc ;
capable d'assurer toutes missions de remorquage portuaire et, selon certaines conditions 9 des missions côtières de courte durée ;
doté d'un système de propulsion omnidirectionnelle;
d'une vitesse en route, hors charge, supérieure à 10 noeuds.

Y643 Nividic photo (c) JM Bergougniou 

Du nom d'un phare à l'ouest d'Ouessant. Remorqueur construit aux chantiers SOCARENAM, mis en service le 13 décembre 1996. Basé à Brest.


Le projet initial donna naissance au remorqueur portuaire côtier de 12 tonnes de traction, RPC12 de type A. Construit en double exemplaire (A675 Fréhel et A676 Saire), ce remorqueur, conforme aux normes de construction architecturales "Marine Nationale", est un engin sophistiqué néanmoins robuste et fiable. Son confort et ses équipements le rendent parfaitement apte à accomplir les missions qui lui sont confiées.

En fonction des enseignements tirés de son utilisation opérationnelle et afin d'en réduire sensiblement le coût, il fut décidé de modifier les quatre exemplaires à suivre.

A678 La Houssaye photo (c) JM Bergougniou 

Du nom d'un cap à l'île de La Réunion situé entre Saint Paul et Saint Gilles les Bains. Remorqueur construit aux chantiers LNI, mis en service le 30 octobre 1992. Basé à Brest.

Ce passage de RPC12 de type A à RPC12 de type B se traduit principalement par l'abandon des normes de construction "Marine Nationale" au profit de l'application des recommandations du "Bureau Véritas" (B.V.), la suppression des équipements non indispensables et le rajout de défenses à poste fixe sur sole et bouchains.

Nividic photo (c) JM Bergougniou 

A677 Armen
Du nom d'un phare se trouvant sur l'ile de Sein. Construit aux chantiers LNI, mis en service le 6 décembre 1991. Basé à Brest.

Cependant, si les RPC 12 remplissent, en lieu et place des remorqueurs côtiers de 1000 CV, les missions à vocation côtière des ports militaires, afin de pourvoir au remplacement des remorqueurs portuaires de 700 et de 250 CV la mise en chantier d'un nouvel engin débutera dès la fin du programme RPC12. Baptisé RP12 cet engin, prévu initialement en 24 exemplaires, est une version simplifiée du RPC12 type B.

A681 Taunoa photo (c) JM Bergougniou 

Du nom d'un village de Polynésie française (Ile de la Société). Construit aux chantiers SOCARENAM, mis en service le 9 mars 1996. Basé à Brest. Ce RPC12 Brestois s'appelle Taunoa, alors que la règle est d'attribuer des noms locaux, car à l'origine, il était prévu, avant la fermeture de Mururoa d'affecter un RPC12 à Papeete.

Pour en faciliter la mise en oeuvre, l'entretien et la logistique, les équipements utilisés sont identiques, les aménagements intérieurs (cuisine, chambres) sont remplacés par une pièce de repos, l'instrumentation est réduite au strict nécessaire (suppression du pilote automatique, du gyro, de la HF 5 etc.) et les caractéristiques du treuil sont redimensionnées au besoin moins contraignant d'une vocation portuaire exclusive.


sources :


http://www.netmarine.net/f/bat/rpc12/histoire.htm

Aucun commentaire: