Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

24 sept. 2012

PA ALBATROS mission 2-2012

PA ALBATROS mission 2-2012
Escale à Kerguelen




arrêt à Amsterdam le 14 juin 2012 si le cachet de La Poste fait foi




vous pourrez lire des anecdotes sur l'arrivée et le séjour de l'Albatros sur le blog Bibouker62 La médecin de Kerguelen

http://bibou-kerguelen62.blogspot.fr/2012/06/albatros-heureux-naufrages-dun-soir.html


Bien que les eaux des Kerguelen paraissent vides de toute vie pélagique au premier abord (un film réalisé par des plongeurs passés entre OP3 et OP4 2011 montrait que les eaux du Golfe et du sud de Ker sont absentes de toute vie poissonneuse, grouillant surtout d’algues, d’étoiles de mer et de concombres), la ZEE des TAAF possède pourtant au large une richesse exceptionnelle surnommée l’or bleu des Kerguelen : la Légine. Ce poisson à la chair blanche d’une saveur exceptionnelle (je parle en connaissance de cause) se négocie à prix d’or, presque exclusivement pour les marchés asiatiques. Sa pêche en est donc extrêmement règlementée, et si les contrôleurs de pêche vers Amsterdam surveillent de près les pêcheurs de Langoustes, ceux autour de Crozet et Kerguelen se concentrent sur les palangriers qui fraient dans les eaux territoriales des TAAF.
L’Albatros fait partie de ces navires. Ancien chalutier congélateur de la pêche hauturière (à l’inverse de côtière) lancé le 12 décembre 1966, il a été racheté par la marine en 1983 puis transformé en patrouilleur pour les TAAF en 1984. Basé habituellement à la Réunion, il effectue chaque année trois à quatre rotations de deux mois dans les TAAF (des îles éparses à Kerguelen et jusqu’aux îles voisines australiennes) afin d’assurer la souveraineté nationale, de surveiller la pêche et de contribuer au soutien logistique des bases.






Le patrouilleur des TAAF "Albatros"


Ce 14 juin 2012, nous voyons avec plaisir poindre l’étrave de ce navire militaire à l’allure si inhabituelle : en tant qu’ancien chalutier nous sommes loin des frégates militaires imposantes. Une escale de quelques heures seulement est prévue pour la journée, mais à midi, une tempête de neige et les rafales de vent à plus de 45 nœuds empêchent les 18 marins descendus dans la matinée de remonter à bord. 



Arrivée en zodiac des 18 visiteurs


Les hivernants qui avaient prévu de monter pour visiter le navire sont également privés de cette distraction toujours très appréciée. Après un splendide buffet de bienvenue préparé par nos champions de l'équipe cuisine, une longue attente s’installe entre le port et l’Albatros en début d’après-midi. Les tempêtes de neige s’enchaînent, nous fouettant le visage et balayant la route d’une couverture blanche mouvante. Finalement, à 15h, le commandant de l’Albatros renonce à faire remonter la partie de son équipage à bord, et nous décidons d’inviter ces 18 naufragés sur la base pour la nuit. La nouvelle est accueillie avec le sourire, aussi bien par les marins qui voient dans ce contretemps une agréable occasion de passer une soirée loin du roulis et dans un « grand » lit une place à Ker Avel (l’hôtel -3 étoiles de PAF, mais pourtant de luxe en comparaison d’une couchette de navire), mais aussi par tous les hivernants qui profitent de l’occasion pour rencontrer de nouvelles personnes, renouveler les discussions, et affronter de nouveaux adversaires au ping-pong ou au billard.
Totoche, le bar ouvre même pour l’occasion sur dérogation du DisKer, et après un repas dans une foule inhabituelle pour nous depuis la fin de la campagne d’été, nous nous retrouvons tous à l’étage le temps d’une soirée entre nouveaux et anciens amis. En effet, certains de nos marins de la base connaissent quelques membres de l’équipage, avec qui ils ont partagé des missions à travers le globe. Il suffit d’écouter parler ChiChi (surnommé ainsi en raison de ses origines chiliennes), des étoiles dans les yeux, nous raconter sa mission d’un an sur le BCR Var en compagnie de Denis (notre Bosco Chaland), Gwen (mécano chaland), Guillaume (EDK) et Christian (mécano centrale), pour avoir envie de faire son balluchon et d’embarquer pour un an d’explorations marines de territoires où l'on n'aura probablement jamais la chance d'aller.
Encore un autre horizon qui s’ouvre à nous, grâce à ces rencontres furtives que les Kerguelen nous offrent comme par surprise.


Vendredi 15 juin




Le vent s’est calmé durant la nuit, et le soleil pointe au-dessus d’un Port Aux Français bien calme sous une fine pellicule de neige poudreuse. Plus d’excuses ce matin, il va falloir partir.



Descente glissante de la rue principale, de TyKer vers la flottille et le port




Quelques courageux lève-tôt accompagnent nos marins jusqu’au port pour un dernier au revoir – certains ont les paupières lourdes, la soirée à Totoche a été réussie. Tandis qu’une nouvelle aube rose et violette se lève sur le golfe du Morbihan, un duo de manchots papou fend l’eau cristalline à quelques mètres de nous, puis le zodiac arrive depuis la silhouette grise de l’Albatros.


Aucun commentaire: